Facebook |

Sur place :

  • Tennis de Table
  • Piscine
  • Randonnées
  • location de Vélos

A proximité :

  • Initiation à l'équitation
  • Balade à Cheval
  • Tennis
  • Ski nautique
  • Saut en parachute
  • Golf
Centre Equestre de Gramont Logo Sigbell Logo Grenier Logo HCC

Cours de Cuisine dispensés par notre chef de Cuisine Guy Herault :

Un cours de cuisine à taille humaine (maximum 6 personnes).
Un moment convivial au cours duquel vous assimilerez des gestes et des techniques simples que vous pourrez reproduire à la maison.
Vous repartez avec un livret de recettes… et l’envie de revenir !!

Les thèmes proposés sont les suivants :

  • Les secrets du Foie gras
  • Le Saumon sous toutes ses formes
  • Desserts et décoration

Cours possibles en Français et en Anglais
Le matin, du mercredi au vendredi, sur réservation, minimum 2 personnes
Matériel et livret-recettes fourni

Tarif : 70 € / personne, dégustation comprise


Logo Musée du Foie Gras
Visite du Musée du Foie Gras
Logo Agapilles
Visite de Domaines Viticoles
Logo Ferme du Lacay
Visite d'un producteur de pruneaux

Les Bastides & Chateaux du Lot et Garonne

cliquer sur le nom du village pour accéder au site internet


Penne d'Agenais

Penne d'Agenais

"Penn" est un mot celte qui signifie crête ou éperon, ce qui laisse à penser que le plateau fut occupé par les Gaulois. De plus, de nombreuses fouilles réalisées dans le village et aux alentours ont mis à jour les vestiges d'une occupation romaine.

Richard Cœur de Lion fait fortifier le château de Penne, qui deviendra ainsi une puissante place de guerre, la "clé du duché de Guyenne" selon certains textes du Moyen Age.

Le Midi de la France connaît au début du XIIIe siècle un fort développement du mouvement religieux cathare. L'opposition des catholiques entraîne la région tout entière dans une guerre religieuse au terme de laquelle le catholicisme sortira vainqueur et les Cathares, totalement anéantis, tomberont dans les oubliettes de l'Histoire. Durant la guerre albigeoise, le comte de Toulouse avait confié à Hugue d'Alfaro la lourde tâche de repousser les Croisés hors de la place forte de Penne. Mais, au début du mois d'août 1212, après cinquante jours de siège, Penne capitula…

Au lendemain de la guerre albigeoise, Penne connut un fort repeuplement. Son importance lui permit alors de réclamer l'établissement d'une administration municipale et d'une charte des coutumes. Il semble que cette dernière fut établie en premier lieu dès 1243 avant d'être remaniée et étoffée en 1270. A la fin de la guerre de Cent Ans, le roi Charles VIII accorda aux habitants le renouvellement de leur charte disparue dans l'incendie qui avait ravagé la ville en 1373.

En 1154, l'accession au trône d'Henri Plantagenet, second époux d'Aliénor d'Aquitaine, fit passer toute la province sous domination anglaise. Pendant toute la guerre de Cent Ans, Penne sera tantôt française, tantôt anglaise. En 1373, les Anglais incendièrent la ville avant de l'abandonner à Duguesclin qui l'assiégeait depuis trois mois.

A voir !
Les ruines du Château du Roi Richard Coeur de Lion
La Tour d’Alaric (monument moyenageux le mieux conservé de Penne.
Place et Eglise du Mercadel (XIIIe siècle)
Notre Dame de Peyragude (halte reconnue sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle)
Couvent des Cordeliers (XIIIe siècle)

Visite Accompagnée de la Cité Médiévale - Durée : 1 h 15
Historique du village, découverte du patrimoine des ruines du château de Richard Cœur de Lion
Tarif : 3 € (moins de 15 pers.) - Réservation au : 05 53 41 37 80


Monflanquin

Monflanquin

Dominant un paysage vallonné rappelant la Toscane, la fière bastide de Monflanquin invite à la découverte. Elle fut fondée en 1252 par Alphonse de Poitiers, Comte de Toulouse et frère de Saint-Louis.

Commencez votre visite par le Musée des bastides qui a été conçu comme l'expression d'une réalité importante du Sud-Ouest à faire découvrir les bastides. Il vous donnera le moyen d'appréhender les conditions historiques dans lesquelles ces “Villes neuves” du Moyen-Age sont nées et se sont développées sur toute la contrée avec une lecture de l'urbanisme "orthogonal" choisi par les géomètres du XIII° Siècle. A la fin de votre visite, passez immédiatement du Musée à la réalité de ce phénomène urbain…

A voir !
L’église Saint-André, La place des arcades, Les maisons à colombages, La maison du Prince Noir.
Demandez le livret de promenade à l’office de tourisme (ouvert tous les jours)


Monpazier

Monpazier

Créée en 1284, sous le règne du roi d'Angleterre Edouard 1er, Monpazier est considérée comme étant la bastide modèle parmi 300 bastides du Grand Sud Ouest. Son plan rectangulaire parfait se développe autour de la place des cornières entourée de maisons construites entre le XIII ème siècle et le XVII ème siècle. Sept fois centenaire, la bastide de Monpazier a conservé son caractère d'origine malgré les vicissitudes du temps et les guerres de religions.

En 1991, les pouvoirs publics ont élevé la bastide au rang de "Grand Site National" (avec les communes de Capdrot et Biron) permettant de préserver et de mettre en valeur ce patrimoine architectural et urbain unique

A voir !
La place des Cornières et ses arcades gothiques, L'église Saint Dominique, construite au XIIIème siècle, remaniée au XVè
La halle centrale du XIIIème siècle avec sa charpente en châtaignier
La maison du Chapitre, la plus haute et la plus ancienne de Monpazier. Elle faisait autrefois office de grange aux dîmes...


Biron

Biron

La commune de Biron qui compte 143 habitants est située sur le canton de Monpazier entre Périgord et Agenais.

Elle est connue par son château du XIIe et XVIIIe siècles, classé Monument Historique. Siège de l’une des quatre baronnies du Périgord, le château occupe une position stratégique à la lisière du Périgord et de l’Agenais. Son histoire est liée à la grandeur d’une famille, les Gontaut-Biron, qui tint le fief durant huit cents ans.

Chaque siècle, entre le XIIe et le XVIIIe, a laissé son empreinte, évoquant les vicissitudes de cet édifice monumental : donjon du XIIe, chapelle à double étage, appartements Renaissance, impressionnantes cuisines voûtées, salle des Etats…

De cette incroyable juxtaposition de bâtiments résulte un ensemble architectural exceptionnel, d’un attrait tout particulier.

Biron c’est aussi le lieu de tournages de films. Les décors présentés dans les salles vous transporteront à travers le temps.


Gavaudun

Gavaudun

Perchée sur le rocher, cette forteresse est un haut lieu historique de l'Agenais. Le donjon du château est spectaculaire. Composé de 6 étages, il mesure 70 mètres et rappelle les silhouettes des châteaux cathares. Dès le Haut Moyen Age, la place forte de Gavaudun a été un lieu important de batailles et d’oppositions. Mais c’est au XIème siècle qu’un château fort est érigé sur cet éperon rocheux.

Une première fois assiégé et détruit par l’Evêque de Périgueux en 1165, Gavaudun fut reconstruit sur les fondations de l’ancien château au début du XIIIème siècle.

Situé à l’entrée de la Vallée de la Lède, il dominait le principal axe de circulation entre le Périgord et l’Agenais. Cette forteresse a successivement appartenu aux plus grandes familles du Sud-Ouest. En défendant leur cause, il a joué un rôle déterminant contre les Anglais.


Tournon d'Agenais

Tournon d'Agenais

Lorsque vous entrez dans le département par la D656, vous ne voyez qu'elle. Une large et haute bastide qui présente son front clair perchée sur un pech. Garez-vous en bas (au rond-point) et “grimpez” par l’escalier jusqu’aux remparts. Vous passez la porte et découvrez les rues ordonnées, la place des cornières, le beffroi et son horloge lunaire, puis les escaliers qui quittent la ville, le château-d'eau clocher, l'ancienne maison des Évêques d'Agen, le jardin municipal. Là, une table d'orientation vous guide à travers le paysage verdoyant de la vallée du Boudouyssou. De l'autre côté, le regard s'élance vers la forêt du Verdus et le Quercy Blanc.


Lauzerte

Lauzerte

A l'origine, la colline de Lauzerte était un oppidum gaulois. Son nom actuel date des environs de l'an Mil. Tiré du latin «lucerna», lampe, il désigne une position idéale, visible de loin comme une lumière.
A la fin du XIIe siècle, le comte de Toulouse reçut la colline en don afin d'y bâtir un castelnau, une cité protégée par un château.

Etape des pèlerins de Compostelle, cité commerçante, peuplée et riche, comme en témoignent ses maisons médiévales, Lauzerte reste aujourd'hui l'un des plus beaux et des plus exemplaires catelnaux de hauteur fondés dans le Midi.

Placée au cœur de l'appellation Chasselas et de la zone de production des Melons du Quercy, Lauzerte veille en effet sur une campagne appétissante où les chemins louvoient entre plateaux calcaires et vallons. Ces derniers prennent au fil des saisons les couleurs des arbres fruitiers, du tournesol, du maïs, de la vigne, de la lavande…

La ville haute, exemplaire de l'architecture médiévale, organise ses maisons autour de l'église St-Barthélemy et de la place des Cornières, l'une des plus belles de la région. Les remparts évoquent le rôle joué par Lauzerte, tiraillé entre les Anglais et les Français lors de la guerre de Cent Ans. Les demeures anciennes, de style gothique ou d'époque Renaissance, rappellent que la cité fut aussi un paradis pour riches magistrats et marchands prospères. Ces derniers savaient défendre le privilège de leur qualité de vie. Lauzerte continue aujourd'hui sur cette voie, au grand plaisir de ses visiteurs.